• contact@mouganilab.org
  • +227 93 10 10 93

Le Grand Débat Féminin pour libérer la parole des femmes

Dans le cadre la célébration de la Journée internationale des droits des Femmes, le Cabinet Matrimonial Nigérien (CAMANI) en collaboration avec l’ONG MouganiLab et SAT SARL, ont coorganisé le premier Grand Débat Féminin à l’Hôtel Bravia de Niamey. Ce débat avait pour vocation de libérer la parole féminine et offrir une tribune à celles-ci pour exposer les pressions socioculturelles liées à leurs statuts et qu’elles subissent afin de s’affirmer pleinement et jouer leur rôle dans la société nigérienne. Précisons que le numérique est le trait d’union entre CAMANI et MouganiLab. En effet, MouganiLab est une ONG qui utilise le fort pouvoir impactant et innovant du numérique dans ses domaines d’intervention dont le genre est inclus.   Le cabinet CAMANI est une cellule d’écoute qui prend en charge bénévolement les doléances des couples, des personnes souffrant émotionnellement en vue de leur proposer des pistes de solution à travers les réseaux sociaux.

En guise de mot de bienvenue, Fatou Seydou, la promotrice de CAMANI a souhaité la chaleureuse bienvenue à tous les participants tout en expliquant les raisons de la mise en place du cabinet Camani qui sont entre autres la dislocation des relations en général et celle des couples en particulier et la dégradation de nos mœurs. Elle a également exposé quelques statistiques en ces termes : « en une année d’existence, le cabinet a eu à traité 144 cas de problèmes de couple dont   48 % des personnes l’ayant contacté sont des femmes, 25 % des jeunes filles et 15% des jeunes hommes. Les causes de ses sollicitations sont entre autres : la sexualité dans le couple, l’adultère, la belle famille, les avortements, la trahison, l’infidélité, la prostitution, et le mensonge ».

Madame Goge Maimouna Gazibo coordinatrice de l’ONG chroniques juridiques dans son allocution a mis l’accent sur le lien entre son ONG et le cabinet CAMANI. Selon elle, « le CAMANI prend en charge l’aspect socio-psychologique du divorce, de la répudiation tandis que chroniques juridiques conseille sur les plan juridique ». Le représentant de la coordinatrice du système des Nations-Unies au Niger, M. Omer Kebiwou Kalameu tout en souhaitant une chaleureuse fête aux femmes, a salué le cabinet CAMANI qui « permet un éveil des consciences des mentalités, afin de mieux déterminer le rôle de la femme quelle que soit sa situation sociale ». Il a aussi rassuré les femmes de l’accompagnement dans leurs actions par le Système des Nations Unies.

Le synopsis du Grand Débat Féminin a été marqué par une projection de film sur les déboires d’une mère de famille qui n’a pas le soutien de son conjoint dans la gestion des tâches du foyer. Puis le clou fut les narrations de différentes femmes dont Macky Aicha (cinéaste), Nana Djouba (parlementaire), Halima Bako (restauratrice) et Monique Elysée (styliste). Ces témoignages ont découlé sur des discussions franches entre hommes et femmes sur la situation de la femme nigérienne. Les hommes ont abordé les problèmes d’éducation des garçons aux tâches ménagères, la prise en compte des stéréotypes, la participation des femmes dans les prises de décisions. Les femmes ont plutôt abordé la situation des femmes vivant dans les zones insécurités abandonnées par leurs conjoints et l’Etat ; la souffrance des femmes sur le plan sanitaire à travers le stress conjugal et social et enfin le code de la famille.

En accompagnant cette initiative et par la présence de plusieurs de ses collaboratrices, l’ONG Mouganilab affirme sa volonté de placer le genre comme un de ses domaines d’intervention. Il existe une grande disparité entre les deux genres en ce qui concerne principalement l’accès aux ressources, les responsabilités, la participation aux prises de décisions, l’accès à l’éducation, à la santé, à l’information et à la communication et aux services juridiques et judiciaires. Mouganilab s’impliquera dans toute action de développement qui fait du genre son piédestal en utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication.  Elle vise à soutenir l’emploi et la croissance économique en positionnant aussi bien comme leaders de la communauté et de la transformation numérique.